Kim Cameron

Antonio Fiori : La conjoncture est favorable, mais…

Spread the love

Mais le chemin vers sa proposition finale – « une union économique francophone aussi intégrée que l’Union européenne » – paraît encore long. Je ne crois guère exagérer en disant maintenant que presque tout le monde a faim en France. Mais paradoxalement, plus la qualification augmente, plus le management s’accroît. La sympathie et l’instinct de société peuvent ainsi naturellement produire un pouvoir absolument impitoyable. Baisse des impôts, baisse des dépenses publiques… les récentes annonces pour le budget 2015, ajoutées aux mesures d’abaissement du coût du travail (crédit d’impôt compétitivité emploi et pacte de responsabilité), achèvent de confirmer l’orientation (car peut-on vraiment parler de tournant ? » Et le tout jeune homme répondait avec une courtoisie déférente. Sans doute l’adoration du souverain ne se pratique pas partout avec le même sérieux. Mais l’incompatibilité, pour être moins explicite et plus tardive, n’en restait pas moins finalement inévitable, même avant le temps où la nouvelle philosophie serait devenue assez générale pour prendre un caractère vraiment organique, en remplaçant irrévocablement la théologie dans son office social aussi bien que dans sa destination mentale. Heureux encore si elle en sortait du moins avec un caractère de probabilité suffisant pour déterminer le lecteur à s’élever par ses propres efforts à la certitude ! Nous savons qu’il y a ici mouvement du schéma aux images, et que l’esprit ne travaille que dans la conversion du schéma en images. L’intuition est ce qui atteint l’esprit, la durée, le changement pur. Mais le plaisir n’est pas premier ; ce qui est premier et dernier, c’est la fonction, c’est la vie. Quel jour jeté sur notre civilisation ! Si le monde est nécessairement produit par la substance divine, Dieu n’est pas libre ; il est donc imparfait, et la notion même de Dieu périt. Parce qu’on n’a jamais entendu controverser des opinions, il ne s’en suit pas qu’elles seront purement dans la mémoire et non dans l’intelligence. Dans le cas que nous citons, l’objection serait ridicule et probablement ne viendrait à l’idée de personne : on lira avec intérêt et instruction la monographie du Rhône, comme on lirait avec curiosité et intérêt scientifique celle de ce vent singulier qui parcourt les mêmes contrées, et qui est connu sous le nom de Mistral. Tous ces symptômes sont d’ailleurs plus ou moins accusés. » Et ces factieux-là, sur l’ordre des représentants qu’ils se sont donnés, ont pour devoir, et même pour unique raison d’être, de continuer à entretenir l’armée — ou plutôt l’oligarchie à panaches — qui doit les contenir, qui doit les maintenir dans une respectueuse servitude et qui exige d’eux, en retour des ridicules parades dont elle consent à leur offrir le spectacle, le tribut de leurs sueurs et de leur sang. Un inquiétant état d’espritLes arguments de cet article sont donc d’une grande faiblesse. Il n’en est pas moins évident que notre croyance à la détermination nécessaire des phénomènes les uns par les autres se consolide à mesure que nous tenons la durée pour une forme plus subjective de notre conscience. Mais il est très inexact de représenter ainsi le plaisir comme lié à une douleur parce qu’il est lié à un désir ou même à un besoin. C’est un événement qui va redistribuer les cartes, estime Antonio Fiori. Il y a, dit-on, certaines croyances si utiles, pour ne pas dire indispensables au bien-être, que c’est autant le devoir des gouvernements de soutenir ces croyances, que de protéger aucun autre des intérêts de la société. Les résultats des stress tests européens parus en octobre 2014 n’ont révélé aucune faiblesse dans les expositions souveraines des banques et des assureurs. Ramassant, organisant la totalité de son expérience dans ce que nous appelons son caractère, il la fera converger vers des actions où vous trouverez, avec le passé qui leur sert de matière, la forme imprévue que la personnalité leur imprime ; mais l’action ne sera réalisable que si elle vient s’encadrer dans la situation actuelle, c’est-à-dire dans cet ensemble de circonstances qui naît d’une certaine position déterminée du corps dans le temps et dans l’espace. Mais, dépourvue de légitimité démocratique et dotée d’un mandat d’intervention limité, la BCE n’est pas à-même de résoudre à elle seule la crise existentielle que traverse la zone euro.

Archives

Pages