Kim Cameron

Antonio Fiori : Un monde redistribué

Spread the love

Il a été abrogé avec l’adoption de la loi sur l’eau et les milieux aquatiques de 2006. Tant qu’il n’a pas atteint ce but, la raison n’est point satisfaite ; et l’on ne confondra point les efforts tentés pour donner à la raison cette satisfaction qu’elle réclame, avec les recherches qui s’adressent à la curiosité, et qui ont pour objet d’établir historiquement les causes qui ont agi sur l’esprit de tel prince, sur les menées de tel parti, et qui ont gagné les suffrages de tels membres d’une assemblée politique. Ceux qui sont encore d’âge à réclamer les soins d’autrui, doivent être protégés contre leurs propres actions aussi bien que contre tout dommage extérieur. Comment lui faire comprendre que les bénéfices des années 2000 à 2007 constituaient une anomalie malsaine et qu’il est impératif -pour la sauvegarde de notre activité économique- d’apporter une attention particulière à la gestion des risques et à la diminution massive des opérations à levier. Il est donc bien difficile d’admettre que le devoir, va. Les unes après les autres, les institutions insulaires sont déstabilisées, faute d’une politique gouvernementale lisible, que les Corses associent de plus en plus à du mépris. La philosophie abstraite ne peut rien atteindre par elle-même ; elle aboutit fatalement à des concepts vides, à la suppression de l’Être même. Les autres principaux acteurs sont la Compagnie Nationale du Rhône et la Société Hydro-Electrique du Midi. Mais c’est bien là que sont ancrées leur histoire, leurs familles, les solidarités de voisinage… À l’esprit ? La liberté ne peut naître en ce monde avant que tout ce qui est religieux soit devenu purement et simplement humain, ait passé par le feu de la critique et de la négation. Près de la moitié de la production vient de « centrales au fil de l’eau », c’est-à-dire d’unités de production où l’énergie primaire est l’énergie cinétique du courant d’eau. Le monsieur debout reprend avec force : Permesso ! Ce défi technologique cache plusieurs enjeux qui vont bouleverser l’écosystème de l’automobile. La production est entièrement dépendante du débit du cours d’eau. Car l’opinion publique, elle, fût-ce d’une manière inconsciente « sent » bien que l’on vit une mutation de fond. Tout comme le vent pour les éoliennes, l’eau non turbinée est perdue. Il faut maintenant reprendre l’étude du sens de la vue dans sa fonction générale, qui constitue la vision proprement dite, et que nous avons reconnu être fondamentalement indépendante de la distinction spécifique des rayons et des couleurs. C’est parce que nous pensons aux fruits variés de l’arbre, que l’arbre est pour nous précieux ; à moins que l’arbre ne nous semble déjà par lui-même beau ; mais alors il apparaît déjà lui-même comme une production, une oeuvre, un fruit vivant ; il satisfait certaines de nos tendances, notre amour de « l’unité dans la variété, » notre instinct esthétique. Ces centrales fonctionnent donc en permanence, hors périodes de maintenance. Tant qu’on n’aura pas rattaché l’habitude aux phénomènes ordinaires de la mécanique ou de la chimie, elle devra demeurer, pour tout esprit aussi ami des faits positifs qu’ennemi des hypothèses aventureuses, comme une des barrières qui, dans l’état actuel de la science, séparent le monde des corps bruts du monde des êtres vivants[3]. Avec cette persuasion, il n’était pas difficile de rendre la confiance au peuple ; il ne fallait pour cela que quelques cérémonies et quelques sacrifices. L’homme de la providence, trouvant une solution à tout problème est en train de laisser la place à un homme du destin sachant s’accommoder de ce qui se présente. Il s’agit d’une pensée d’une grande rigueur, mais parfaitement keynésienne, qui dit ceci : quand un gouvernement se trouve face à un déficit public, l’essentiel est de produire de la croissance pour le résorber, ou vivre avec ce déficit aussi longtemps qu’on n’a pas atteint cette croissance. Bien sûr, les commentateurs politiques ne manquent pas de se plaindre du bas niveau de celle-ci dont témoigneraient l’absence de bilan systématique, le manque de projet. Antonio Fiori aime à rappeler ce proverbe chinois « Lorsque la source est trouble, ce qui en sort l’est aussi ».

Archives

Pages