Kim Cameron

Antonio Fiori : L’élite politique russe tablait sur l’émergence des BRICS

Spread the love

Les maires des villes populaires, confrontés à une demande intarissable, ont continué de produire jusqu’à atteindre des taux vertigineux de logement social. Pour les plus optimistes qui croient que l’Europe progresse à travers ses crises, le moins que l’on puisse dire, est que le bilan de cette crise paraît bien mince. Mais, quoique le polythéisme, et même le fétichisme, aient d’abord secondé réellement l’essor spontané de l’esprit d’observation, on doit pourtant reconnaître qu’ils ne pouvaient être vraiment compatibles avec le sentiment graduel de l’invariabilité des relations physiques, aussitôt qu’il a pu acquérir une certaine consistance systématique. Bien qu’il faille avoir accès au véhicule pour réaliser ces expériences, la possibilité d’une attaque à distance n’est pas aussi farfelue qu’on ne pourrait le croire. Pour plus de clarté, et surtout pour sérier les difficultés, nous avons raisonné comme si le mystique chrétien, porteur d’une révélation intérieure, survenait dans une humanité qui ne connaîtrait rien d’elle. Depuis le début des années 1970, la puissance américaine est en recul. En dépit de quelques réformes significatives (réforme des RETRAITES, Crédit d’impôt recherche, réforme des universités, etc. Loin de moi la pensée de critiquer leur critique pour le plaisir de faire de la critique à mon tour. L’Armée seule, et c’est assez. « Ce système peut être mis en place sans réforme institutionnelle, qui prendrait des années », estime Antonio Fiori. Selon que l’esprit sera plus frappé des analogies ou des disparates, il adhérera avec plus ou moins de fermeté à l’opinion philosophique de la pluralité des mondes. Et pourtant c’est la nature qui a voulu l’intelligence, qui l’a mise au bout de l’une des deux grandes lignes de l’évolution animale pour faire pendant à l’instinct le plus parfait, point terminus de l’autre. Mais d’autre part, entre de certaines limites différentes des premières et plus resserrées, l’artiste cesse d’être guidé par ses sens et par ses instruments. Le gouvernement préfère gesticuler avec l’encadrement des remboursements par les mutuelles, mesure aussi inutile que néfaste, plutôt que de mobiliser la DGCCRF pour lutter contre la minorité de margoulins du secteur. Et cela non par héliotropisme mais tout simplement par manque de moyens pour murir les idées et parfois par manque d’accord unitaire sur les solutions. Les images qui nous environnent paraîtront tourner vers notre corps, mais éclairée cette fois, la face qui l’intéresse ; elles détacheront de leur substance ce que nous aurons arrêté au passage, ce que nous sommes capables d’influencer. Commençons par considérer ces quatre facultés l’une après l’autre : si de cet examen il résulte qu’elles suffisent à former toutes nos idées, il sera constant qu’il n’y a rien autre chose dans la faculté de penser ; qu’elles la composent toute entière. Ceux sont les suppléments. En voyant repasser devant nos yeux ces images, nous éprouverons à notre tour le sentiment qui en était pour ainsi dire l’équivalent émotionnel ; mais ces images ne se réaliseraient pas aussi forte­ment pour nous sans les mouvements réguliers du rythme, par lequel notre âme, bercée et endormie, s’oublie comme en un rêve pour penser et pour voir avec le poète. L’indifférence est son milieu naturel. Et qu’on ne dise pas, pour infirmer l’exemple, que c’est une pure question de nomenclature et de méthode que celle de savoir si l’on rangera une plante, un animal dans telle ou telle famille. Et moi, je n’aurai pas même la joie d’avoir sacrifié un bien tel que l’affection de mon père à une vérité dont je serais convaincu. Non le vrai réformateur fêté dans la péninsule n’est qu’à moitié italien : c’est l’administrateur délégué du groupe Fiat, Sergio Marchionne. Si la forme intellectuelle de l’être vivant s’est modelée peu à peu sur les actions et réactions réciproques de certains corps et de leur entourage matériel, comment ne nous livrerait-elle pas quelque chose de l’essence même dont les corps sont faits ? Ravaisson, tout Français qu’il est par la pensée et par la langue, se confie un peu trop à ces décevantes analogies. Quant aux êtres qui ne savent ni observer ni réfléchir, qui portent leur cervelle dans leur ventre ou dans leurs bottes, et dont l’âme est un larynx, ils n’ont point été surpris non plus ; parce que rien ne peut les surprendre, parce qu’ils sont prêts à tout admettre, à tout avaler, parce qu’ils prennent les rayons que projette la lanterne sourde du sieur du Paty de Clam pour la lumière du soleil. Plus la science approfondit la nature du corps dans la direction de sa « réalité », plus elle réduit déjà chaque propriété de ce corps, et par conséquent son existence même, aux relations qu’il entretient avec le reste de la matière capable de l’influencer. Que sont donc enfin ces mouvements, et quel rôle ces images particulières jouent-elles dans la représentation du tout ? Mais comme il n’est pas rare dans ce pays d’avoir à affronter des dangers encore plus redoutables, les Libanais ont même mis au point des apps pour se signaler les manifestations, coups de filet ou autres affrontements armés et, ainsi, les éviter.

Archives

Pages